Menu

Comment se forme un lac ?

En général, la présence d’une cuvette sur la croute terrestre qui se remplit ensuite d’eau explique la formation d’un lac. Cette cuvette pourrait être le résultat d’un ancien cratère, d’une faille ou d’un surcreusement glaciaire. La formation de lac a donc des origines géologiques qui pourraient être glaciaires, volcaniques ou tectoniques. Pour ce qui est de l’eau qui est venue remplir la cuvette, elle résulte soit de la fonte d’un glacier, d’une ancienne mer ou de précipitations. Son alimentation quant à elle pourrait être assurée par des sources souterraines ou bien par des cours d’eau (rivières, fleuves). Certains lacs ont été créés par l’homme en vue d’une utilisation industrielle, hydroélectrique ou agricole.

L’évolution d’un lac

Les lacs jeunes sont dits au stade oligotrophe. Ils ont des eaux légèrement minéralisées et claires. Ils n’abritent aussi que peu d’espèces végétales et animales.

Mais en vieillissant au cours des années et au fil des siècles, les lacs reçoivent plusieurs apports minéraux et organiques grâce à des espèces animales et végétales qui y vivent et qui y meurent.

Au cours de cette évolution, l’oxygène est consommé et les couches profondes sont appauvries. On parle alors d’un mésotrophe. Après cela, le processus continue son cours. La matière organique dans l’eau devient plus considérable tandis que la minéralisation devient de plus en plus modérée. Cela provoque la fermeture graduelle du plan d’eau. Les bords qui sont peu profonds commencent à recevoir des espèces végétales. Le lac passe alors le stade eutrophe. Il est marqué par les apports artificiels en phosphates et nitrates.

La thermique

Plus le lac est profond, plus son eau est froide. La température sur sa partie supérieure nommée épilimnion est cependant variable selon les conditions atmosphériques. Sa zone intermédiaire appelée le métalimnion dispose d’une température relativement basse. À partir de cette zone, la température décroît. La zone la plus profonde du lac est nommée l’hypolimnion. Sur cette partie la température est constante. En climat tempéré, il a aussi deux sortes de brassages qui peuvent modifier la température de l’eau. Le premier est le brassage d’automne responsable de la baisse des eaux en surface et la montée de celles en profondeur. Le second est celui du printemps qui se caractérise par l’inverse du premier.